Essai Toyota Highlander : SUV japonais… à l'américaine

il y a 3 mois | Stephane Monsin

Pour nous, le Highlander est un tout nouveau modèle qui vient coiffer la gamme Toyota. Pour d'autre, c'est une vieille connaissance, un classique qui existe depuis une vingtaine d'années.

 

En effet, ce que les conducteurs européens s'apprêtent à découvrir est la 3ème génération d'un véhicule qui arpente les routes américaines depuis deux décennies. Pourquoi maintenant ? Parce que c'est le marché qui décide, et que celui-ci dit à Toyota qu'il a tout intérêt à disposer chez nous d'une arme pour affronter des concurrents déjà bien connus sur le vieux continent, comme le VW Touareg, mais surtout les Hyundai Santa Fe et Kia Sorento. D'autant que ces derniers ont maintenant l'audace de s'engager sur un terrain traditionnellement tenu par Toyota : l'hybridation.

 

 

Car c'est évidemment uniquement en version hybride que Toyota commercialise ce grand SUV 7 places aux dimensions en effet très américaines (5 m de long). Mais malgré ce gabarit, le Highlander semble bien moins massif que ses rivaux, cela peut-être grâce à un design plus affuté. Design qui nous est d'ailleurs déjà assez familier, si bien que l'œil non averti pourrait confondre le Highlander avec un Rav4. Pas plus de dépaysement à bord, où l'univers est typiquement Toyota : qualitatif, fonctionnel, ergonomique, et sans effet de style particulièrement recherché. Notez tout de même qu'en tant que haut de gamme de la marque, le Highlander est très généreusement équipé, tant sur le plan de la sécurité que du multimédia, et ce dès la version de base. En gros, il fait donc jeu égal avec les concurrents coréens cités plus haut.

 

 

Toujours du coffre

Si l'avantage principal du Highlander par rapport à un Rav4 est de proposer 7 places en série, ce n'est pas le seul. Car même quand toutes les places sont utilisées, il propose encore 336 litres de coffre, ce qui n'est pas courant. Cela étant, ne confondez pas ceci avec un minibus car malgré la banquette centrale coulissante, qui permet de trouver le meilleur compromis possible, l'espace aux jambes au 3ème rang est très juste si on mesure plus de 1,75 m. A 5 à bord, l'espace est en revanche royal pour tout le monde, et c'est alors 865 litres de bagages que le coffre avale.

 

 

Verdict

Sur la route, le Highlander est avant tout un véhicule très confortable, très apaisant. Mais il est surtout un modèle d'économie, grâce à son système hybride composé d'un 4 cylindres essence 2.5 litres et de deux moteurs électriques (248 ch au total). Toyota annonce 6,6 à 7,1 l/100 km (WLTP). N'importe qui devrait atteindre 7 l/100 km sans se donner trop de mal. Nous, sur un parcours majoritairement péri-urbain, moyennant un peu d'anticipation et une bonne connaissance du système, nous avons relevé… 6,3 l/100 km ! Pour un SUV de 5 mètres, c'est tout simplement remarquable. Le Toyota Highlander démarre à 56.460€.

 

Ses bons côtés

- Sa discrétion malgré ses dimensions
- Son espace à bord pour une grande famille en conditions tout confort
- Son appétit d'oiseau si on sait y faire

Note globale : 18/20

Toyota Highlander

Longueur : 4,99 m
Largeur : 1,93 m
Hauteur : 1,75 m
Coffre : 865 – 1 909 l
Poids : 2 015 kg
Consommation moyenne : 6,6-7,1 l/100 km
Puissance : 258 ch
Couple : 500 Nm
Vitesse max : 180 km/h
Accélération (de 0 à 100 km/h) : 8,3 s
CO2 (WLTP) : 149-161 g/km
Prix de base : 56 460 €

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Pages concernant Toyota
Articles à la une

Fil info